DECRYPTAGE N°05-2018 : CIE, UNE LUMIERE QUI S’ETEINT A LA BRVM

CET ARTICLE S ADRESSE AUX INVESTISSEURS DE LA BRVM

DECRYPTAGE N°05-2018 : CIE, UNE LUMIERE QUI S’ETEINT A LA BRVM

-70% c’est la variation du cours de l’action CIE à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l’UEMOA de la mi-avril 2016 à la mi-mai 2018. Pour le 5e numéro de votre rubrique DECRYPTAGE, l’EDB vous propose  de comprendre les facteurs ayant entraîné cette baisse et comment vous auriez pu vous positionner dans cette situation.

CIE 4.jpg

1ERE PARTIE : ETUDE DU CAS DE LA CIE DE 2007 A 2018

 

I- PRESENTATION DE LA CIE ET PERFORMANES HISTORIQUES

Le secteur de l’électricité en Côte d’Ivoire est organisé autour d’un système de gestion déléguée. En 1953, l’Etat de Côte d’Ivoire concéda le secteur électrique à l’Energie Electrique de Côte d’Ivoire (EECI) pour une durée de 40 années. Toutefois, des difficultés survinrent des années plus tard, obligeant l’Etat ivoirien à restructurer le secteur. Le 1er novembre 1990, Il signa un contrat de concession avec la CIE pour une durée de quinze ans.

Cette nouvelle entité avait pour charge d’:

* Exploiter à ses risques et périls l’ensemble des ouvrages de production, de transport, de distribution, d’importation et d’exportation d’électricité ;

* Supporter l’intégralité des charges de fonctionnement, d’entretien et de gestion

* Facturer les consommations et encaisser les règlements des factures ;

* Réaliser les travaux de branchement ;

En contrepartie de ses prestations, la CIE percevrait une rémunération déduite de tous les encaissements de factures d’énergie

De 2007 à 2015, les performances d’exploitation de la CIE ont été plutôt moyennes.

Le chiffre d’affaire du secteur de l’énergie est passé de 213,2 milliards à 500 milliards en 9 ans. Cette progression boosta la rémunération perçue par la CIE. L’entreprise a perçu une rémunération de 116,9 milliards en 2015 contre 71,9 milliards en 2007 soit une variation 63% sur la période considérée. Le résultat net a suivi cette tendance en passant de 4,6 milliards en 2007 contre 8,2 milliards en 2015 soit une hausse de 77% en 9 ans.

EXPLOITATION CIE 2007-2015

Ces performances ont été très bien accueillies à la BRVM L’action qui s’échangeait à 10 200 le 06/03/2007 atteignit 80 000 le 02 mars 2016 soit une hausse de 800% en 9 ans.

 

II- UNE LIBERALISATION MAL ACCUEILLLIE

Mais la lune de miel prit fin un 1er mai 2016.

Afin d’apaiser des populations en colère face à une énième hausse de leurs factures d’électricité, le Président ivoirien ALASSANE OUATTARA annonça la libéralisation du secteur à l’occasion de son discours du 1er mai : « « Je lance un appel à tous ceux qui souhaitent venir investir dans ces secteurs de le faire pour que nous ayons une saine compétition ». Cette phrase qu’on aurait pu assimiler à un discours d’homme politique pour apaiser les récriminations du peuple a été suivie de la mise en place d’un cadre règlementaire. Six décrets ont été signés le 12 octobre 2016 sur les thèmes suivants : La séparation des différentes étapes du processus de fourniture de l’électricité (décret 1), les conditions et modalités de vente de l’électricité produite (décret 2), la dissolution et le remplacement de l’ANARE (décret 3 et 4), Les règles de détermination, de fixation et de révision des tarifs de vente et d’achat de l’énergie électrique (décret 5), Les conditions et modalités d’exercice de l’activité de production associée à la distribution et à la commercialisation de l’énergie électrique (décret 6).

Ce changement de paradigme a été très mal accueilli à la BRVM. Alors que le cours de l’action avait atteint son plus haut sommet en 10 ans à la mi-avril 2016, il se mit à décroitre peu à peu.

 

III- DES PERFORMANCES EN DEMI-TEINTE ENTRE 2016-2017

Considérées comme appréciables entre 2007 et 2015, les performances financières de la CIE se sont quelque dégradées entre 2016 et 2017.

Le chiffre d’affaires du secteur est passé de 500 milliards en 2015 à 593 milliards en 2017 soit une hausse de 18% en 2 ans. Nous ne disposons pas à ce jour des détails sur la rémunération perçue par la CIE en 2017. Après avoir réalisé un profit de 10,78 milliards en 2016 en croissance de 31% par rapport à 2015, la Compagnie a enregistré en 2017 sa plus mauvaise performance sur les dix dernières années. Le résultat net s’est élevé à 1,97 milliards en baisse de 81% par rapport à 2016. L’analyse du compte de résultat de cet exercice a permis de mettre en évidence une hausse généralisée de tous les postes de charges (+2,4 milliards sur les autres achats, +1,275 milliards sur les charges de transport, +3 milliards sur les charges de personnel…). Cette contreperformance déjà perceptible au 1er semestre 2017 a renforcé la psychologie baissière établie sur le titre depuis l’annonce de la libéralisation.

 

CONCLUSION DE LA 1ERE PARTIE

Les contreperformances de la CIE et les menaces que constitue la libéralisation de son secteur d’activité ont conduit à une baisse du cours de bourse de plus de 70% entre mai 2016 et mai 2018. Le cours de bourse Celui-ci a atteint CFA 1500 soit son plus bas niveau depuis le 24 octobre 2012.

CIE 2008 A 2018 bis

 

2E PARTIE : COMMENT VOUS AURIEZ PU TIRER PROFIT DE CETTE SITUATION

 

I- MA STRATEGIE SUR LES ACTIONS CIE

Depuis fin 2015, j’avais mis le titre CIE sous surveillance. En effet, une tendance baissière s’était dessinée à cause des mauvais résultats présentés au 1er semestre 2015. Cette tendance baissière avait rendu le titre très attractif au niveau de son prix alors même que ses fondamentaux demeuraient sains (la baisse de 86% du résultat net au 1er semestre 2015 était dû à l’anticipation de certains travaux et devait être résorbée au 2e semestre 2015).

Le 11/03/2016, je suis entré dans le capital de la CIE en prenant quelques actions au coût unitaire de 82 977 (ce prix est un cours historique, ramené à aujourd’hui tenant compte du fractionnement, cela correspondrait à 4 148F).

Suivant la méthodologie des 4 P, le titre avait :

  • Portait: Bonnes performances historiques (voir 1ere partie de cet article),
  • Perspectives: Bonnes perspectives avec le plan d’investissement de l’Etat ivoirien pour une électrification de masse PEPT et une demande en croissance au niveau industriel
  • Prix: prix élevé avec un PBR de 9,29 ; un PER de 28 et un rendement=3,2%. L’action était surévaluée suivant les enseignements de Benjamin GRAHAM et sur la base de la technique des moyennes historiques de ratios (moyenne sur 3 et 5 ans).
  • Psychologie : La psychologie des investisseurs sur le titre était orientée ACHAT depuis le début de l’année 2016.

Mon objectif d’investissement était de réaliser une plus-value. Je n’avais défini d’horizon de placement. Je pouvais faire des mois ou des années sur le titre selon l’évolution des choses.

Le 1er mai 2016, j’ai assisté au discours du Président de la république et j’ai entrevu que cette décision représentait une menace pour mes investissements dans la CIE. J’ai observé quelques jours pour voir comment évoluerait la psychologie du marché sur ce titre. La tendance haussière qui prévalait sur le titre depuis quasiment dix ans s’est retournée. Je quittai le navire CIE pour ne pas être emporté par la tempête. Le 10 mai 2016, je sortis du capital de la CIE en empochant une plus-value minime de 10%.

L’action poursuivit sa chute durant les deux années qui ont suivi encouragé par la psychologie baissière sur la BRVM et par les performances mitigés de l’entreprise entre 2016 et 2017. Au final, la CIE a perdu 64% de sa valeur par rapport à mon prix d’achat en mars 2016. J’ai échappé à une moins-value de 64% parce que j’ai compris et anticipé correctement le retournement de la tendance de fond sur ce titre.

 

II- ANALYSE DE LA STRATEGIE

1- les performances de l’investisseur et l’état du marché

Beaucoup d’investisseurs novices croient qu’on gagne quand les titres montent et qu’on perd quand ils baissent. Depuis le lancement du projet ECOLE DE LA BOURSE et la rubrique DECRYPTAGE, je milite contre cette idée. On gagne en bourse quand on prend les bonnes décisions ; on perd avec les mauvaises. Dans le cas d’espèce, Tous ceux qui ont achetés les titre CIE dans le 1er trimestre 2016 devaient savoir que le titre était survalorisé, que les performances historiques n’étaient pas époustouflantes. Notre seul salut provenait des perspectives de croissance de l’activité avec les projets engagés dans le secteur et la croissance naturelle de la demande. Notre salut provenait du second P de la méthodologie : LES PERSPECTIVES. Dès que celles-ci ont été menacées par la décision du Président ivoirien, il fallait réviser la position CIE. Si l’investisseur avait des doutes, il pouvait s’en référer au 4e P, la Psychologie du marché, il aurait vu la formation d’une tendance baissière. Je rappelle que mon objectif était la recherche de PLUS VALUE. On ne fait pas de plus-value sur une tendance baissière sauf avec la vente à découvert, technique non autorisée à la BRVM. J’ai évité LA MOINS-VALUE parce que j’ai pris une bonne décision. Tous ceux qui ont perdu de l’argent sur le titre CIE ont eu ce résultat non pas à cause du comportement de l’action mais de leurs réponses face à tous ces paramètres.

2- Investissement à long terme et immobilisme

Beaucoup d’investisseurs qui se positionnent sur le long terme ont tendance à acheter un titre et ne plus s’en préoccuper. Il est vrai que sur un horizon de placement de 10 ans voire plus, les facteurs les plus déterminants de la méthodologie sont les fondamentaux (les trois premiers P). Toutefois, en y regardant de plus près on peut améliorer ces performances en étant attentif à des phénomènes de court-moyen terme.

Dans le cas de la CIE, considérons que l’entreprise retrouve de bonnes performances dans les années à venir et que son cours de bourse atteigne CFA 12 000 en 2025.

Dans l’hypothèse que j’ai conservé mes actions achetées à 4 184F, j’aurai réalisé une performance de 300% en dix ans soit une moyenne de 30% par an. Ceci constitue un résultat très acceptable.

Néanmoins, dans la nouvelle configuration, si je reprends mes positions sur la CIE à 1500F l’unité, je réaliserai en l’an 2025 une performance de 800% en 8 ans soit une moyenne de 100% par an. Le fait d’avoir quitté le navire et d’être revenu deux ans plus tard a multiplié par trois mes gains grâce de meilleures conditions de prix.

Attention ma pensée n’est pas qu’il faut vendre tout titre qui baisse et essayer de le racheter plus bas dans le futur. Ma pensée est la suivante. Si nous savons qu’une entreprise conserve de bonnes perspectives dans le long terme (10 ans par exemple) et si nous anticipons que son cours de bourse pourrait être fortement contrarié dans le cours-moyen terme (2 à 3 ans par exemple) suite à un évènement particulier, nous pouvons nous replier pour observer la situation. Ce repli est d’autant plus pertinent s’il ne génère pas de moins-value. Si notre anticipation est correcte, nous ferons meilleur affaire avec un cours de bourse divisé par deux ou trois sur un horizon plus réduit avec une entreprise plus forte.

C’est cette stratégie que j’ai utilisée avec les actions SOLIBRA en les revendant à 145 000 l’unité le 20 avril 2017 suite à la menace que représentait BRASSIVOIRE et aux mauvaises réponses que SOLIBRA donnait à ce problème en 2017. Les mauvaises réponses de SOLIBRA ont entrainé de mauvaises performances qui ont fait plonger le cours de bourse en 2018. J’ai anticipé et évité une moins-value de 50% sur SOLIBRA et je peux aujourd’hui écrire une nouvelle histoire avec une compagnie plus forte dont le cours est de moitié celui d’il y’a un an.

 

QUE RETENIR ?

1- La baisse du cours de la CIE est la résultante de trois facteurs combinés: une modification de ses perspectives d’activités, des performances mitigées entre 2016 et 2017 et une psychologie globalement baissière du marché

2- Face à cette situation, il aurait été plus judicieux pour les investisseurs de se replier pour observer surtout si ce repli n’impliquait pas de perte de capital.

3- La bonne anticipation des tendances de fond d’un cours de bourse notamment les tendances baissières permet à l’investisseur de long terme d’améliorer ses performances. Cette stratégie est valable si le cours de bourse est fortement contrarié (Baisse de 30%, 50% ou plus, voir cas de CIE, SOLIBRA, BERNABE…). Sur une baisse plus faible (cas de NSIA BANQUE avec une baisse du cours de 10%), cette stratégie ne nous semble pas pertinente.

Merci de nous avoir suivis.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir par des commentaires ou des messages. Et si vous voulez aller plus loin sur le sujet, nous organisons des ateliers de formation chaque mois. Le prochain aura lieu le samedi 02 juin 2018, nous serions heureux de vous recevoir.

CONTACTS

CARTE BRICE KOUAO

NOS PROGRAMMES SONT ORGANISES EN PARTENARIAT AVEC LA SGI BRIDGE SECURITIES

10 réflexions sur “DECRYPTAGE N°05-2018 : CIE, UNE LUMIERE QUI S’ETEINT A LA BRVM

  1. Comme toujours, une analyse approfondie, cohérente et bien documentée. Cela ajoute une nouvelle technique à nos méthodes d’investissement: le repli tactique. La preuve que l’horizon long terme ne signifie pas Immobilisme. Il faut surveiller le marché et se montrer réactif face à des événements pouvant affecter les fondamentaux des titres de notre portefeuille. Merci coach.

    J'aime

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

  3. Une analyse pertinente et les activités de la CIE sont aussi menacées par l’énergie solaire, les ennuis judiciaires de Bouygues. Merci pour cette analyse instructive.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s