ACTIONS SGBCI, FAUT IL AVOIR PEUR?

En dépit des bonnes performances enregistrées cette année, le leader du secteur bancaire ivoirien  la SGBCI peine à décoller à la BRVM. Ce comportement plutôt paradoxal suscite des inquiétudes auprès de certains investisseurs. Pour vous aider à mieux appréhender cette situation, l’EDB vous propose le 11e numéro de votre rubrique DECRYPTAGE pour l’année 2017 intitulé :

ACTIONS SGBCI, FAUT IL AVOIR PEUR ?

24% c’est la baisse du titre SGBCI depuis le début de l’année 2017. Comment expliquer ce comportement ? Avant d’évoquer des hypothèses, revenons sur les causes principales des fluctuations des cours de bourse.

I- POURQUOI LES ACTIONS BAISSENT ET MONTENT TOUT LE TEMPS

Il y’a de multiples raisons qui peuvent expliquer les fluctuations des cours de bourse. Nous vous présentons quelques-unes avec des illustrations.

1- Les performances de l’entreprise

Les bonnes performances d’une entreprise ou à l’opposé les moins bonnes peuvent influer sur le cours de l’action en bourse.

Par exemple,

A la mi-mars 2015, l’entreprise UNIWAX présenta un résultat annuel 2014 en hausse de 105% avec un dividende qui avait quasiment doublé. L’action cotait à 42 500 le 02 mars 2015 a terminé l’année à 143 000 (cours non fractionné).

A l’opposé, le groupe ECOBANK a affiché des résultats nets en baisse entre 2014 et 2016 passant de +394 millions USD en 2014 à -204 millions en 2016 avec un dividende nul. Le cours de bourse en a été impacté passant de 49f le 05 janvier 2015 à 18f le 30/06/2017.

2- Les perspectives d’une entreprise

Même si une entreprise obtient de bons chiffres dans le présent, le marché peut réagir aux perspectives futures de celle-ci. Comme le dit l’adage, on n’achète pas une entreprise pour son passé mais pour son futur.

Un exemple de cette situation peut être trouvé avec la société ONATEL.

Les résultats 2016 du leader burkinabé des télécoms étaient en légère baisse (-5%) par rapport à 2015. Si on ne tient pas compte des amendes qui lui ont été infligés, on peut même dire qu’elle est en croissance. Toutefois au 31/12/2016, l’action a perdu près de 20% par rapport à son niveau de début 2016. En 2017, la chute s’est poursuivie alors même que les états du 1er trimestre 2017 font état d’une forte progression du résultat net (+59%).

En fait les investisseurs réagissaient non pas aux résultats mais à l’arrivée du français ORANGE sur le marché burkinabé. Ces derniers ont anticipé des lendemains difficiles pour ONATEL et ils avaient vu juste. A la fin du 1er semestre 2017, pour la 1ère fois depuis 5 ans, ONATEL a présenté une base clientèle et un chiffre d’affaires en stagnation.

3- La politique de rémunération des investisseurs.

La générosité d’une entreprise ou sa faible rémunération envers les investisseurs peut attirer ou décourager ces derniers.

Après une entrée réussie au marché secondaire de la BRVM passant de 30 000 à 56 000 entre fin décembre 2016 et le 01 mars 2017, le titre CORIS BANK est resté stable autour de 55 000 jusqu’au 10 avril 2017. A cette date, la société a publié son rapport d’activités 2016. Celui-ci faisait état d’un profit de 16,4 milliards en hausse de 9% par rapport à 2015. Toutefois, de toute cette manne financière, le Conseil d’Administration n’avait prévu que          3 milliards à distribuer aux investisseurs. 3 milliards sur 16 disponibles, cette répartition (18,75%) n’a pas été bien accueillie par le marché. Le titre a baissé de 20% atteignant 44000 le 06/07/2017 avant de se stabiliser entre 47 000 et 48 000.

4- La valorisation du titre

Le cours de bourse est le prix que les investisseurs sont prêts à payer pour prendre part au business. Toutefois, au-delà de ce prix, l’entreprise a une valeur qu’il est possible d’appréhender à travers différentes techniques. En bourse, on retient souvent les ratios tels que le PER, le PBR … pour cet exercice. Ainsi lorsque le prix s’éloigne un peu trop d’un certain seuil de ces ratios, on dit que le titre est surévalué et dans ce cas, il faut craindre que le marché ne corrige cette situation en ramenant le prix à un niveau plus raisonnable.

C’est ce scénario qui s’est réalisé avec VIVO ENERGY

En 2016, le numéro deux du carburant en C.I avait annoncé un fractionnement qui avait suscité un fort mouvement haussier. L’action avait terminé l’année 2016 sur une croissance de plus de 100%. Toutefois, à ce niveau de prix (3000F l’action), le titre s’échangeait à un PER de 43 et un PBR de 8. Ces ratios étaient bien trop élevés par rapport aux normes. Ainsi en dépit de la croissance réalisée dans l’exercice 2016 (+34% sur les bénéfices), le titre a décroché passant de 3 000 à 1 000 entre janvier 2017 et aout 2017.

Il existe bien d’autres raisons aux fluctuations de bourse que nous n’allons pas énumérer ici. Celles qui ont été présentées plus haut font partie de ce que l’on pourrait appeler LES FONDAMENTAUX de l’entreprise. A partir de ces éléments, analysons le cas de la SGBCI.

II- ANALYSE DES FONDAMENTAUX DE LA SGBCI

Depuis le début de l’année 2017, le titre SGBCI enregistre une baisse de 24% passant de 14 600 à 11 000. En partant des fondamentaux de l’action, nous essaierons de comprendre cette baisse.

1- Performances de la SGBCI

Les chiffres communiqués par la banque cette année sont en progression. Le PNB augmente de 9% et le résultat net s’accroit de 23%. Sur les cinq dernières années, la Banque est en croissance (+75% pour le PNB et +122% pour le résultat net).

2- Perspectives de l’entreprise

La SGBCI a une clientèle bien repartie entre les entreprises et les particuliers. Le faible taux de bancarisation (moins de 20%), la forte croissance économique du pays et les ambitions d’émergence affichées par les autorités  lui donne de grandes possibilités de financement de l’activité et donc de croissance.

3- La politique de rémunération

La SGBCI a proposé un dividende de 5 805F par action. Certes le taux de distribution était inférieur à celui de 2015 (58% contre 66%), toutefois, le dividende proposé était en hausse de 11,7% par rapport à 2015. Il faut dire aussi que la SGBCI est restée fidèle à sa politique de dividendes réguliers et en hausse si possible.

4-Les ratios de valorisation

En fin juin 2017, période à partir de laquelle, la chute du titre SGBCI a démarrée, l’action se négociait en dessous de 160 000. Sur cette, les ratios se présentent ainsi PBR de 5 et PER de 14.

Le PER est correct par rapport aux nomes de B. GRAHAM mais supérieur à la moyenne historique des 3 dernières années (12,74).

Le PBR est plus élevé que les normes de B. GRAHAM et supérieur à la moyenne historique des 3 dernières années (4,47).

Au vu des éléments présentés plus haut, nous pouvons conclure que les fondamentaux de la SGBCI sont bons hormis le PBR qui est un peu élevé. Ce seul élément nous parait insuffisant pour expliquer la baisse constatée sur le titre ces derniers mois.

III- LE FACTEUR PSYCHOLOGIQUE

Les mouvements des cours de bourse ne sont pas toujours corrélés aux fondamentaux de l’entreprise, du moins dans le court terme. Il arrive que les investisseurs réagissent à des phénomènes indépendants de l’entreprise et cette réaction détermine une nouvelle trajectoire pour les cours. Cela renvoie à ce qu’on pourrait appeler LE FACTEUR PSYCHOLOGIQUE ou la psychologie générale des investisseurs.

A titre d’exemple, lorsque l’affaire Volkswagen (tricherie sur la règlementation antipollution) a éclaté, le titre de l’entreprise a perdu 35% en deux jours à la Bourse de Francfort. Cela était normal vu que cette nouvelle affectait les perspectives de cette entreprise. Toutefois, on a constaté sur l’ensemble des places boursières du monde une chute plus ou moins importante des valeurs automobiles. Peugeot accusait  la plus forte baisse du CAC 40, avec -8 %, tandis que l’action Renault accusait un recul de 7 %. A la Bourse de Milan, Fiat Chrysler Automobiles perdait 6 %.  Daimler et BMW ont souffert en Bourse, accusant une baisse de 7 % et 6 %. (Source : Article du 22/09/2015 de 20 MINUTES, rubrique Economie). Il est donc possible qu’un titre fluctue dans le court terme à cause des appréhensions ou de l’euphorie des investisseurs sans que les fondamentaux de cette entreprise ne soient directement en cause.

Pour revenir au cas de la SGBCI, nous allons étudier son cours de bourse sur 24 mois pour tenter d’identifier le fait à la base de la tendance baissière. Sur cette période, nous identifions deux tendances. Une tendance haussière qui part du 21/07/2016 (point bas à 120 000) pour atteindre un sommet de 160 000 les 27 et 28 avril 2017. Après ces dates, une tendance baissière semble se construire. Nous émettons cette hypothèse à cause de deux éléments:

  • l’incapacité du cours de bourse à former un sommet plus haut que le précédent
  • la succession de sommets et de creux de plus en plus bas au niveau du RSI

SGBCI 1

A partir de la dernière semaine du mois de juin 2017, la tendance baissière va se confirmer. Le cours de bourse va dessiner des sommets et des creux de plus en bas. La moyenne mobile à court terme (5 séances) va passer en dessous de la moyenne mobile à long terme (20 séances). Et le RSI hebdomadaire va casser la zone de neutralité à 50% et poursuivre sa succession de sommets et de creux de plus en plus bas.

SGBCI 2

Ainsi entre le 21/07/2016 et le 28/04/2016, les titres SGBCI ont progressé de 25% . Entre le 28/04/2016 et la dernière semaine de juin, la psychologie des investisseurs a commencé à changer (voir évolution du RSI) mais l’action s’est globalement  maintenue entre 150 000 et 160 000 sur  cette période. A partir du 28/06/2017, l’action a chuté de 160 000 pour atteindre 120 000 avant de fractionner à 11 760.

Que s’est-il passé dans la dernière semaine du mois de juin 2017 pour entraîner un tel changement de cap ? Vous l’avez deviné ? Le 27/06/2017, la NSIA BANQUE annonçait une offre publique de vente de ses actions.

IV- ACTIONS SGBCI, FAUT IL AVOIR PEUR ?

Selon nos conclusions, le mouvement vendeur auquel on a assisté sur les titres SGBCI ne trouve pas sa source dans les fondamentaux de la banque selon les informations disponibles ou dans le fractionnement. En effet, il n’y a pas eu de mouvement particulier à l’annonce de cette décision et la baisse était déjà largement réalisée (de 16 000 à 11 760) avant que le fractionnement n’ait lieu. Ce mouvement vendeur trouverait sa source dans une réallocation des ressources financières de certains investisseurs en vue de saisir l’opportunité que constituait l’OPV des actions NSIA BANQUE. Cette situation est très intéressante car elle me permet de corriger une incompréhension générale.

Beaucoup de nouveaux investisseurs ont cru qu’acheter des actions d’une entreprise ayant de bonnes performances leur donnera de la croissance dans les jours ou semaines qui suivent. Ce n’est pas tout à fait vrai. En bourse, les investisseurs réagissent à ce qu’ils veulent et chacun intervient en fonction de ses propres aspirations. Le titre SGBCI a réalisé une croissance de :

  • 1131% pour ceux qui l’ont acheté au 31/12/2005
  • 371% pour ceux qui l’ont acheté au 31/12/2008
  • 232% pour ceux qui l’ont acheté au 31/12/2010
  • 171% pour ceux qui l’ont acheté au 31/12/2012

Ainsi pour ces investisseurs, il peut paraitre normal de céder toute ou partie de cette ligne d’actions pour acquérir un plus grand nombre de titres NSIA BANQUE. C’est une attitude somme toute logique mais que vous ne pouvez pas comprendre en restant focalisés sur les fondamentaux de la SGBCI. C’est la raison pour laquelle, on recommande souvent aux investisseurs (et non aux spéculateurs) de définir un horizon de placement relativement long (3, 5 voire 10 ans). En effet, sur le court terme, les cours de bourse reflètent plutôt la psychologie des investisseurs sur le moment par contre si on étudie ces mêmes cours sur des périodes plus longues, elles suivent une tendance très proche des fondamentaux des entreprises. Vous pouvez vérifier cette théorie en étudiant par exemple les cours de bourse de la BOA CI de 2010 à 2016 ou de la SOGB CI de 2009 à 2015. Puis refaites ces mêmes études sur des périodes de 3 mois.

Pour répondre à la question posée en titre de cet article ACTIONS SGBCI, FAUT IL AVOIR PEUR, ma réponse serait NON eu égard aux fondamentaux présentés plus haut. Toutefois, cette réponse n’est valable que si vous avez acheté ces actions à un bon prix c’est-à-dire un prix qui est proche de la valeur de l’entreprise. Ce qui pose un autre problème, Comment évaluer une bonne opportunité en bourse et surtout un bon prix d’achat.

C’est à cette question et à bien d’autres que nous répondons dans les programmes de formation intitulé ATELIERS DE LA BOURSE. Ainsi si vous êtes un épargnant ou un investisseur novice et que vous voulez en savoir plus sur le sujet, nous sommes à votre disposition.

Les fluctuations des cours de bourse de la SGBCI de BOLLORE et d’autres ont été expliqués aux investisseurs dans un programme intitulé LE CAFE DE LA BOURSE. Ainsi si vous êtes investisseur confirmé et que vous avez des questions sur les valeurs cotées, une seule adresse: LE CAFE DE LA BOURSE

 

ATELIER DE LA BOURSE et CAFE DE LA BOURSE sont des programmes de formation du groupe L ECOLE DE LA BOURSE. Pour plus amples informations, contactez nous

Au 88 56 69 78 – 40 45 40 98

Sur notre mail : lecoledelabourse@yahoo.com

Sur notre page facebook : https://www.facebook.com/lecoledelabourse/

Sur notre groupe facebook : https://www.facebook.com/groups/867313256718069/

Merci d’avoir lu cet article et désolé pour sa longueur. Je voulais vous faire passer plusieurs messages en une seule publication.

 

11 réflexions sur “ACTIONS SGBCI, FAUT IL AVOIR PEUR?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s