EPARGNANTS, FAITES LA PAIX AVEC VOS BANQUES

« 9200F , c’est tout ce qu’ils m’ont donné. Hééé les banquiers là, ce sont des voleurs hein. Tu économies 50 000 par mois pendant un an et c’est ce qu’on te donne. Même sac de riz, ça ne peut pas payer. Ce n’est pas eux oh, DIEU les voit. »

Ces paroles sont celles d’une dame à la sortie de sa banque. Avez-vous déjà vécu cette expérience ? Moi oui. Chaque mois, de nombreux travailleurs arrivent à mettre de côté une partie de leurs revenus qu’ils logent dans les coffres des banques. Toutefois, année après année, ils découvrent avec désespoir que ces fonds ne leur rapportent pratiquement rien. Cette situation alimente le désamour entre les Banques et leurs clients et conduit les plus frustrés vers des produits peu recommandables. Pourquoi les banques paient t’elles si faiblement l’argent que nous leur déposons ? Peut-on obtenir quelque chose de plus que la sécurité en collaborant avec les banques?

Aujourd’hui, je voudrais vous expliquer pourquoi l’épargne bancaire est si faiblement rémunérée et comment vous pouvez obtenir BEAUCOUP PLUS en restant avec votre banque.

I- COMMENT EST FIXE LE TAUX DE REMUNERATION DE VOTRE EPARGNE ?

Deux éléments entrent en ligne de compte dans la formation de ce taux.

Le taux débiteur des banques

Comme vous le savez, votre argent est utilisé pour octroyer des prêts aux agents économiques dans le besoin. Sous cet angle, le taux de rémunération de votre épargne peut être considéré le loyer que paie la banque pour l’utilisation de votre épargne. Ce loyer sera fonction du prix de vente de l’argent aux personnes dans le besoin. Selon le rapport 2015 de la BCEAO sur les conditions de banque en UEMOA, le taux débiteur moyen en Côte d’Ivoire sur l’ensemble des crédits et sur l’ensemble des durées considérées est de 6,09%. Je sais que vous ne croirez pas à ce chiffre car il vous semble que le crédit coûte plus cher dans notre pays. Mais vous devez savoir qu’il y’a d’autres éléments en plus du taux créditeur officiel qui entrent dans la formation du taux appliqué aux clients (prime de risque, assurance..). Mon propos ici vise à vous montrer qu’avec un taux officiel moyen de 6% pour ces crédits, la banque ne peut pas verser 6% à ces clients pour leurs épargnes.

De plus, avec le temps, le taux débiteur est appelé à baisser. L’ETAT et les différentes forces sociales font pression pour un accès plus facile et moins coûteux au crédit. Mais selon vous, quelle en sera la conséquence sur le taux moyen versé aux épargnants ? Vous l’avez compris, il va baisser. Ainsi à mesure que le taux des crédits diminuera, les banques feront pression sur l’Etat pour faire baisser le coût de l’épargne collectée. En France par exemple, on a des crédits à 2% en partie parce que le livret A (produit d’épargne le plus utilisé) est rémunéré à 0,75% par an.

L’inflation

Le taux créditeur versé sur les comptes des épargnants a une seconde fonction. Il a pour but de neutraliser la perte de pouvoir d’achat des épargnants du fait de l’inflation. Expliquons tout ceci. Quand vous gardez 100 000F en banque en 2010, considérons que le sac de riz de 50kg coute 20 000. Cela signifie qu’en 2010, votre épargne peut vous aider à acquérir 5 sacs de riz. En 2015, le sac de riz coute 25 000. Supposons que vous présentez à la banque et celle-ci vous redonne les 100 000 déposés. Vous n’aurez apparemment rien perdu vu qu’on vous a rendu la somme déposée. Mais en réalité, le temps qui s’est écoulé entre votre dépôt et votre retrait a conduit à une diminution de votre capacité à acheter avec la même quantité d’argent (4 sacs de riz en 2015 au lieu de 5 initialement). Cette perte doit être compensée par la banque qui par conséquent vous rendra les 100 000 avec une petite majoration. Pour reprendre l’exemple français (désolé je n’ai pas eu accès aux documents ivoiriens sur le sujet), il existe deux formules pour calculer le taux de rémunération de l’épargne. L’une d’entre elle s’appuie sur les taux débiteur et l’autre est une simple majoration de l’inflation. Ainsi, le taux de rémunération du livret A est obtenu en rajoutant 0,25% au taux de l’inflation (règlement n° 2003-03 du 24 juillet 2003).

Comme vous pouvez le constater, le taux de rémunération de votre épargne (3,5% en UEMOA) n’a pas pour but de vous enrichir ou de vous aider à financer vos projets. Ce n’est pas son rôle. Que faire dans ce cas ? Doit-on quitter les banques ? Voici l’alternative que je vous propose.

II- INVESTIR DANS LES BANQUES PLUTOT QU EPARGNER CHEZ ELLES ?

Reprenons notre exemple plus haut, un travailleur dispose de 100 000 au 01/01/2010.

1er scénario : S’il épargne en banque (quelle que soit la structure),

Il recevra 3,5% par an. S’il réinvestit ses intérêts, son capital s’élèvera à 122 926 au 31/12/2015.  Il pourra toujours acheter ses 5 sacs de riz.

2e scénario : S’il investit cette somme dans le capital des banques cotées à la BRVM,

Prenons le cas de la BOA COTE D’IVOIRE. L’action a été émise à 23 000. Avec 100 000, il aurait pu acheter 4 actions de cet établissement. Au 31/12/2015, l’action se négociait à 125 000. Le capital de ce travailleur s’élèvera à 125 000 x 4 = 500 000.                                    Il pourra acheter 20 sacs de riz.

S’il avait choisi la BICICI, il aurait pu acheter 3 actions (une action coûtait 28 000 au 01/01/2010) et il lui resterait 16 000 en banque. Au 31/12/2015, l’action BICICI se négociait à 101 000. Il aurait un portefeuille évalué à 303 000 soit 16 sacs de riz et 20 000 en banque (les 16 000 avec leurs intérêts)

S’il avait choisi le SGBCI, il aurait pu acheter 2 actions (car une action coûtait 37 000 au 01/01/2010) et il lui resterait 26 000 en banque. Au 31/12/2015, l’action SGBCI s’échangeait à 133 995. Son portefeuille serait évalué à 267 990 soit 10 sacs de riz et 31 961F en numéraire en banque (les 26 000 avec leurs intérêts).

Comme vous pouvez le constater investir dans le capital de la SGBCI, LA BICICI ou encore BOA CI constituait une opération plus rentable qu’épargner dans ses banques.

A la BRVM, les banques font partie des valeurs les plus prisées car elles ont des très bons résultats et une bonne politique de dividendes. Dans ces conditions, leurs actions connaissent une croissance régulière sur le moyen terme. Comme vous l’avez vu plus haut, les actions BOA CI ont progressé de 443% en 6 ans contre 260% pour les deux autres banques. Ces croissances auraient pu vous profiter.

Dans le cas particulier de la BOA CI, un capital placé de 1 000 000 serait devenu 5 000 000 en 6 ans soit une plus-value de 4 000 000. 4 000 000, cela correspond au prix d’achat d’un terrain. C’est ce que j’appelle le FINANCENT PAR DON BANCAIRE ou comment financer ses projets avec l’argent de la banque sans prendre crédit.

III- Y A-T-IL DES OPPORTUNITES AUJOURD’HUI.

Je présente des chiffres du passé pour montrer des exemples précis de gains en bourse. Mais rassurez-vous, il y’a encore des opportunités aujourd’hui.

Introduite en fin décembre 2015, BOA MALI a réalisé une croissance de 156% en 14 mois. La SIB a progressé de 68% depuis juillet 2016 (8 mois) et CORIS BANK a rapporté 66% de plus sur le capital de ses investisseurs depuis novembre 2016. (3 mois).

Je suis actionnaire de ces trois banques et j’ai profité de toutes ces croissances. NSIA BANQUE a été introduite en juillet 2017 et on annonce l’arrivée de ECOBANK CI cette année et BRIDGE BANK en 2018.

QUE RETENIR

Les banques font un métier compliqué. Prêter l’argent des uns aux autres et être responsable de ses choix comporte une grande dose de stress. C’est peut-être pour cette raison qu’elles prennent aussi peu de risques. Mais cette prudence excessive est aussi à la base d’une extraordinaire rentabilité. Selon le magazine Jeune Afrique (Hors-série FINANCE 2015), les banques africaines seraient les plus rentables au monde. Ainsi ce qui nous agace en tant que porteurs de projets est un avantage incroyable en tant qu’investisseurs. Plutôt que courir derrière les prêts bancaires, il serait peut-être plus intéressant dorénavant de courir derrière les actions bancaires pour des projets de 3 à 5 ans.

Si vous ne savez pas comment acheter les actions des banques ou identifier quelle banque serait plus profitable dans l’avenir, je peux vous aider. Je suis BRICE KOUAO, investisseur et fondateur de L’ECOLE DE LA BOURSE. J’aide tous ceux qui le souhaitent à mieux comprendre le marché de la BRVM et y investir leurs épargnes. Depuis janvier 2016, j’organise des ateliers de formation sur le sujet. Je serai heureux de vous recevoir et vous partager mes connaissances.

Pour plus amples informations sur nos programmes, contactez nous au

88 56 69 78 – 40 45 40 98

lecoledelabourse@yahoo.com

Sur notre page facebook : https://www.facebook.com/lecoledelabourse/

Sur notre groupe facebook : https://www.facebook.com/groups/867313256718069/

Merci d’avoir lu cet article. Si vous avez aimé, mettez un joli pouce en dessous et si vous voulez recevoir nos articles par mail, c’est possible et c’est gratuit. Laissez-nous votre adresse électronique dans le champ indiqué sur le blog ou en commentaire.

18 réflexions sur “EPARGNANTS, FAITES LA PAIX AVEC VOS BANQUES

  1. Merci coach pour cette brillante explication sur les taux de remunerations dans les banques.A lire votre exposé je pense que les banques profitent plus de l’epargne de leurs clients que les clients eux meme n’en profite car lorsque une banque vous octroi un credit c’est a des taux très elévé.Encore une fois merci pour tout que Dieu vous benisse

    J'aime

  2. Bonjour,je suis très content de vos présentation, je voudrais savoir comment investir à la Brvm à partir du Togo surtout étant dans le nord.merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s